State elections | Former Liberal MP Marie Montpetit will not run




(Québec) Éjectée du caucus libéral en raison d’allégations de harcèlement psychologique en novembre, la députée Marie Montpetit a annoncé mardi qu’elle ne sera pas candidate aux élections d’octobre. À ce jour, l’élue de Maurice-Richard estime n’avoir rien à se reprocher et accuse Dominique Anglade d’avoir « manqué de respect ».

Publié à 11h59

Fanny Lévesque

Fanny Lévesque
La Presse

Marie Montpetit, qui siège comme députée indépendante depuis novembre dernier, a convié la presse mardi pour faire le point sur son avenir politique. L’ex-ministre de la Culture et des Communications sous Philippe Couillard a annoncé qu’elle ne solliciterait pas de nouveau mandat en octobre, mais qu’elle ne fermait pas la porte à un retour sur la scène politique dans l’avenir.

« Je me suis engagée pendant huit années avec passion et rigueur en donnant le meilleur de moi-même. J’aime toujours ce que je fais, je l’ai toujours aimé depuis la première journée. Ma passion et ma flamme n’ont jamais vacillé, ce qui m’amène à dire que je ne ferme pas la porte à revenir en politique un jour. Mais, pour le moment, j’ai le besoin d’aller faire autre chose », a-t-elle expliqué.

En novembre, La Presse révélait que la cheffe Dominique Anglade avait reçu une plainte écrite de harcèlement psychologique visant Mme Montpetit, en plus d’avoir été mise au courant d’allégations de même nature à son sujet. Mme Anglade a pris la décision d’exclure Mme Montpetit à la suite de « nouvelles informations préoccupantes » obtenues par le parti dans les jours qui ont suivi.

La Presse avait recueilli les témoignages de quatre personnes alléguant que Marie Montpetit les a harcelées psychologiquement. Il s’agit d’employés politiques qui ont travaillé avec elle dans l’opposition, mais aussi au moment où elle était ministre du gouvernement Couillard. Une autre source avait confirmé que les autorités du parti avaient été informées de comportements répréhensibles et de paroles inacceptables de la part de la députée à l’égard du personnel politique au cours des mois précédant son exclusion.

Mardi, la députée de Maurice-Richard a répété à plusieurs reprises qu’elle n’a été visée par aucune plainte formelle ni par aucune enquête interne à la suite de ces allégations.

« L’Assemblée nationale a confirmé à quatre reprises qu’il n’y avait aucune plainte déposée dans le processus de l’Assemblée nationale. Il n’y a aucune plainte qui n’a été déposée dans aucune instance. Je n’ai été rencontrée d’aucune façon concernant des allégations de harcèlement psychologique ou autre. Je n’ai fait l’objet d’aucune enquête », a fait valoir Mme Montpetit.

Ce qui a été dit, ce qui a été rapporté sur des commentaires anonymes dans les journaux, je ne peux pas le commenter. Le seul fait que je connais, c’est qu’il n’y a pas de plainte à l’Assemblée nationale.

Marie Montpetit, députée indépendante de Maurice-Richard

Un « manque de respect »

Si elle se dit « très sereine » aujourd’hui, la députée demeure amère du processus ayant mené à son exclusion du caucus par la cheffe. « Je suis très déçue de la façon dont les choses ont été faites », a-t-elle déclaré. « [Dominique Anglade] definitely disrespectful. It did not use the process we adopted and unanimously approved by the 125 deputies of the National Assembly. She could have.”

To this day, Marie Montpetit maintains that she has nothing to blame and that she has not taken any bullying measures against her former colleagues. She still defines herself as a liberal after serving 25 years in the Liberal Party of Quebec, she said. “The question of whether I tore up my party card is no,” she said on Tuesday.

However, Marie Montpetit added that she would not vote for the PLQ in the next elections. She will also vote to pass Bill 96 to protect the French, while Dominique Anglade’s troops will vote against it.

Leave a Comment